Sélectionner une page
Pandémie de COVID 19 et paludisme
paludisme en Afrique

La pandémie de COVID-19 a mis à l’épreuve l’ensemble des systèmes de soins à travers le monde.

Tant sur le plan de la prise en charge thérapeutique que sur les mesures de prévention paludiques habituellement mise en place.

I) Qu’est-ce que le paludisme?

1. Quels sont les symptômes?

 

Les symptômes du paludisme ou encore appelé malaria, peuvent être multiples mais la  fièvre (t° > 38°C) est au premier plan et peut être associée à d’autres symptômes; vomissements, diarrhées, douleurs de tête, douleurs musculaires… L’infection par le parasite responsable du paludisme s’appelle un accès palustre. Ainsi, les symptômes de l’accès palustre peuvent apparaître à partir du 7ème jour après une exposition, mais peuvent survenir également après plusieurs semaines. La symptomatologie typique est cyclique avec une alternance de fièvre, tremblements et transpiration intense, la périodicité de ces cycles dépend de l’espèce de parasite en cause (il existe cinq espèces de parasites responsables du paludisme chez l’homme, dont les plus fréquentes sont le Plasmodium falciparum et le Plasmodium vivax).

2. Pour quelles conséquences?

 

Le paludisme peut être mortel s’il n’est pas traité à temps. Il peut également entraîner une anémie, une insuffisance respiratoire aiguë ou  une atteinte cérébrale. 

3. Comment le diagnostiquer?

 

L’OMS recommande que, dans tous les cas présumés, le diagnostic d’accès palustre soit confirmé par la recherche du parasite dans le sang (par microscopie ou test diagnostique rapide) avant d’administrer un traitement. La confirmation parasitologique peut être obtenue en 30 minutes ou moins.

4. Quel traitement utiliser en cas de diagnostic positif?

 

Le traitement de première intention est une combinaison à base de dérivés de l’artémisinine. Le traitement peut être administré par voie orale (à la maison) ou par voie intra-veineuse (à l’hôpital) en fonction de la gravité des symptômes. 

II) Le paludisme en temps de COVID-19

 

1. Diminution des initiatives de lutte contre le paludisme

 

Certaines initiatives visant à lutter contre le paludisme n’ont pas pu être mises en place. Ainsi les actions de lutte anti vectorielle, telles que la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide, la pulvérisation d’insecticide, la chimiprophylaxie antipalustre, et les campagnes d’information ont été moins bien appliquées. Cela pourrait entraîner rapidement des épidémies de paludisme dans des zones déjà fortement impactées par la COVID-19, comme le rapporte un récent article paru dans le Malaria Journal.

2. La fièvre, un symptôme similaire

 

De plus, les mesures barrières visant à réduire la transmission du SARS-CoV-2 entre les individus, conseillant de rester au domicile en cas de fièvre, pourrait induire un risque de défaut de consultation pour une cause de fièvre qui pourrait se révéler être un des symptômes d’une crise de paludisme. Ainsi, les simulations réalisées par l’Organisation Mondiale de la Santé et rapportés dans le World Malaria Report 2020, montrent que les décès liés au paludisme pourraient atteindre cette année les 100 000 patients supplémentaires.

3. Un risque d’augmentation

 

Ainsi, dans les zones d’endémie palustre, la diminution des mesures de prévention risque d’entraîner une augmentation de la transmission de la malaria pour les habitants et les voyageurs se rendant dans ces zones. Des retards au diagnostic et à la prise en charge thérapeutique d’une crise de malaria, ou d’accès palustre, augmentent le risque de forme sévère comme récemment rapporté par le média Promed.

4. Faire d’autant plus attention aux mesures de prévention lors d’un voyage

 

La pandémie COVID-19 à donc mobilisée les systèmes de santé dans la lutte contre le SARS-CoV-2, entraînant une diminution des mesures de lutte contre le paludisme. Les voyageurs se rendant dans les zones d’endémie palustre doivent donc redoubler de vigilance dans les mesures de préventions à suivre et en cas de symptômes, tels que la fièvre qui surviendraient au décours de leur séjour.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Télécharger l’application Voyagez Vacciné

Télécharger dans l'app store

S’inscrire à la Newsletter